La momification : grande tendance BDSM de 2016

Après l’explosion et la démocratisation du bondage en 2015, l’année 2016 semble être placée sous le signe de la momification. Cette pratique BDSM des plus extrêmes inspirée des pratiques ancestrales égyptiennes semble en effet connaître un véritable essor dans la communauté sado-masochiste. Nous allons voir ici le pourquoi et le comment de ce qui semble être la grande tendance de ce début d’année : la momification.

La grande sœur du bondage

De nombreux adeptes de la momification ont déclaré avoir tenté l’expérience après avoir essayé le bondage. Ces deux pratiques sont assez proches dans l’objectif recherché mais la momification reste tout de même plus extrême. Lorsqu’on est attaché avec des cordes, on peut toujours se débrouiller pour se détacher si on y met du sien. Il suffit de trouver le bon le nœud à défaire ou de mettre la main sur un objet capable de potentiellement trancher la corde. Lorsqu’on est momifié, s’échapper semble tout de suite beaucoup plus compliqué, voir totalement impossible.

Quel plaisir à être momifié ?

Lorsqu’on est momifié, on est à la merci de la personne qui a pratiqué la momification. Que l’on le souhaite ou non, cette dernière est la seule et unique personne capable de nous faire du bien… ou du mal ! C’est ce sentiment de vulnérabilité total qui excite tant les sado-maso et qui est recherché lors d’une momification.

Comment pratiquer une momification ?

Pour pratiquer une momification, procurez-vous du film plastique alimentaire. En moyenne, comptez 4 à 5 rouleaux par personne. Commencez par enrouler la future « momie » du sexe aux épaules, en « v ». Entourez ensuite le buste de votre partenaire afin de bien fixer le tout. Continuez en entourant chaque jambe séparément, puis les deux jambes ensemble. N’hésitez pas à multiplier les couches, le but étant de réduire un maximum la mobilité de votre partenaire. Faites de même avec les bras placés le long du corps. Enfin vient le moment délicat de la momification de la tête. Prenez soin de ne pas obstruer les voies respiratoires de votre momifié ! Votre œuvre est désormais prête à être recouverte intégralement de gros scotch.

Vous pouvez également remplacer le scotch et le film plastique par des éléments de momification sexuelle plus originaux comme des grosses chaines ou du plâtre.

Ensuite, libre à vous de faire des ouvertures où bon vous semble pour baiser votre partenaire (faites attention cependant à ne pas blesser la momie si vous utilisez un couteau ou un cutter). Une chose est certaine, elle ne s’en plaindra pas. En tout cas, pas tant que vous ne l’avez pas libérée…

Une pratique très dangereuse

Qui dit pratique extrême dit également danger ! Oui, la momification est une pratique dangereuse et les accidents, mortels ou non, sont fréquents. Le principal risque est la suffocation. Il peut-être en effet très difficile de respirer si la momification n’a pas été pratiquée correctement. De plus, le momifié peut également être sujet à une déshydratation s’il reste trop longtemps dans son cocon. Pensez à faire le faire boire toutes les demi-heures.

(Visited 1 381 times, 1 visits today)
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *