Le bukkake : portrait craché d’une salope

Le bukkake nous vient tout droit du Japon et nous pourrions le traduire comme « éclaboussée d’eau ». C’est de l’univers de la cuisine que nous vient ce terme qui désigne traditionnellement des plats à base de nouille. Avec l’industrie du porno, le bukkake a pris un sens différent, bien que toujours destiné aux gourmandes, et désigne la pratique sexuelle d’éjaculer collectivement sur le corps, et plus particulièrement le visage, d’une femme.

D’où vient le bukkake ?

Si la date du premier bukkake reste assez floue, nous savons que cette pratique sexuelle nous vient tout droit du Japon féodal. Ce serait à l’origine une punition destinée aux femmes ayant trompé leurs maris. Les hommes de la communauté faisaient alors subir à la femme infidèle, installée à genoux, une série d’éjac faciales.

Le bukkake a refait son apparition bien plus tard, toujours au Japon. Il était alors un moyen de contourner la loi répressive qui interdisait de montrer de manière nette les chattes des actrices dans les films porno. Pour quand même offrir du spectacle, les réalisateurs ont alors remis au goût du jour le bukkake. Les actrices apparaissaient à l’écran déguisées en écolières un peu salopes sur les bords prêtes à essuyer les tirs !

Aujourd’hui, les réalisateurs occidentaux de films pornographiques ont repris à leur compte cette pratique et mettent en scène de véritable douche au sperme. Les actrices ont laissé au placard les déguisements mais continuent de se faire arroser comme des soumises et aiment ça !

La pratique du bukkake en France

Le bukkake n’est pas très pratiqué par les couples en France et reste une un jeu sexuel marginal. Les femmes qui acceptent de s’adonner à ce type de pratique sexuelle sont rares. Se faire gicler à la gueule par plusieurs mecs fait en effet partie d’une des pratiques sexuelles les plus humiliantes et dégradantes qui existent. Toutefois, certaines femmes éprouvent un vrai fantasme à se faire asperger par différents échantillons de foutre. Ce fantasme, souvent inavoué, suppose une grande confiance pour que votre partenaire accepte d’en parler et avouer sa petite gourmandise. Cela peut se faire au détour d’une conversation autour de la partouze ou d’un plan cul à trois. Si votre partenaire est partante, il ne vous reste plus qu’à trouver quelques mecs pour la satisfaire (on vous rassure, c’est moins difficile !). Organisez-vous alors un petit plan chez vous et envoyez la sauce. Pendant l’action, soyez tout de même synchro avec vos potes pour ne pas devenir l’arroseur arrosé ! Dernier conseil, pensez à bien apporter votre bâche afin de ne pas en foutre partout sur le sol.

Il existe quelques opportunités pour pratiquer un bukkake sur une inconnue, notamment en intégrant des groupes de sadomasochistes et des clubs échangistes ou bien en tournant dans un film X. Pour cela, l’association French Bukkake dirigée par le charismatique Pascal fait appel à des volontaires pour arroser une petite salope devant une caméra. Pour participer aux réjouissances, il suffit de s’inscrire en entrant ses coordonnées sur le site avec une photo de sa bite en érection. Si votre queue a un profil intéressant, vous serez peut-être rappelé afin de participer à un gang-bang filmé. Afin de garder l’anonymat, vous avez le droit d’apporter une cagoule.

Le gokkun : la gourmandise en plus

Le gokkun, c’est le bukkake sans le gaspillage. Onomatopée japonais de « gloups », cette pratique sexuelle va plus loin que le bukkake puisqu’elle comprend l’ingestion du sperme de tous les participants par la salope soumise. Le gokkun est désormais beaucoup mieux accepté et de nombreux libertins pratiquent cette performance collective lors de leurs soirées.

(Visited 2 740 times, 1 visits today)
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *